Faites vous-même votre scénario
un tableur à votre disposition - quelques exemples

Vous pouvez calculer les émissions selon vos propres hypothèses ou bien à l'aide d'un tableur qui calcule la capacité nucléaire en fonction du profil de consommation de l'électricité ou bien à l'aide d'un tableur plus simple qui calcule la capacit nucléaire en fonction d'une hypothèse sur la durée moyenne de fonctionnement des réacteurs.

Ici vous trouverez  le tableau de référence de ce site, très peu différent du Tableau A tel que je le présente dans Avec le nucléaire et du Tableau 1 de Moins de CO2 pour pas trop cher
                                                                                                - vous avez peut-être d'autres préférences

Nous proposons sur ce site des réflexions autour d'un scénario de division par trois des émissions françaises de gaz à effet de serre. Il est évident que l'avenir sera différent, et il est possible que le lecteur trouve certaines de nos hypothèses excessives ou insuffisantes. Le débat est ouvert.

Ce paragraphe a été écrit en 2004 : nous  contribuons au débat  en présentant ensemble quatre situations contrastées : la situation présente, la situation qui résulterait d'une évolution tendancielle, mon scénario de "division par trois" présenté dans un article de la Revue de l'Energie de février 2004 et un autre, très différent, qui arrive aux mêmes émissions de gaz carbonique mais en sortant du nucléaire (avec des hypothèses de réduction de consommation assez tranchées et d'autres hypothèses sur la production d'électricité qui soulèvent des questions techniques).

Comme cette affaire porte non seulement sur l'évolution des techniques mais aussi sur notre vie courante et l'idée que nous nous faisons de l'avenir et de ce que nous devons léguer à nos enfants, le débat peut être animé et même passionné. Pour qu'il soit possible, il doit trouver une base sur laquelle tout le monde s'accorde.

Cette base d'accord pourrait être tout simplement ceci : les quantités d'énergie produites doivent trouver, en contrepartie, des utilisations équivalentes. Il ne suffit pas que le total de l'énergie produite égale le total de l'énergie consommée. Cette correspondance entre production et utilisation doit prendre en compte d'une part les qualités de l'énergie produite, d'autre part la nature des besoins : la capacité de l'énergie à être transportée et stockée notamment.
J'espère que personne ne verra dans cette obligation d'égalité entre production et consommation la marque d'un économisme technocratique borné ni la volonté de brimer l'imagination créatrice ou la poésie.

Naturellement, établir un tableau cohérent n'est que la première étape d'une longue démarche, car il faut ensuite en voir les effets de tout genre, économiques, sociaux (création d'emplois, risques d'inéquité etc.) ; il faut aussi étudier si ce tableau cohérent est socialement plausible, comment convaincre etc. Il se peut donc que le tableau optimal soit éloigné de ce que pourrait suggérer un premier examen. Mais la contrainte d'égalité quantitative et qualitative entre production et consommation d'énergie demeure, implacablement.

Pour que chacun puisse faire son scénario nous publions deux tableurs excel extrêmement simples :

- ils obligent à la cohérence

- ils calculent les émissions de gaz carbonique émises et la capacité de production d'électricité thermique "sans carbone" : nucléaire et à partir de fossile avec séquestration selon les données qu'on lui fournit : un tableur calcule la capacité nucléaire de façon simplifiée, l'autre tient compte du profil de consommation de l'électricité.

- ils calculent aussi le ratio "production d'électricité à partir d'énergie renouvelable" et "part de l'énergie consommée produite à partir d'énergie renouvelable".



Les données les plus importantes sont :
- la consommation totale par secteur : industrie, transport (en équivalent carburant liquide), résidentiel et teritiaire
- la quantité d'énergie électrique utilisée pour les transport hors rail
- la quantité de biomasse disponible - voir ici puis cliquez sur "biomasse"
 - la technique utilisée pour produire du biocarburant - voir la fiche biocarburant
- la quantité de biomasse et d'électricité utilisée dans le chauffage
- la quantité de biomasse utilisée pour faire de l'électricité (une aberration mais...)
- la capacité de production éolienne (qui coûte également fort cher, mais...)

On peut se référer aux réflexions qui nous ont conduit au scénario de "division par trois" présenté ici : voir un article paru dans la revue de l'énergie de février 2004, le livre Trop de pétrole !   paru au Seuil en janvier 2007 puis Avec le nucléaire (2012) et Moins de CO2 pour pas trop cher (2013).

A vous de jouer : tableur simplifié  ou, pour calculer plus précisément (mais encore de façon approximative) la capacité nucléaire, un  tableur plus complet  qui tient compte du profil de consommation de l'électricité.
   
Vos observations, vos commentaires sont bienvenus

retour à la page d'accueil