Quelques mots sur l'auteur de ce site, Henri Prévot

et sur ses publications


Vous pourriez lire

Trop de pétrole !


prix de l'Académie des sciences morales et politiques

Paru début 2007, il est toujours d'actualité. pour plusieurs  raisons :

- Les analyses se sont confirmées.

- La situation a évolué comme il l'avait annoncé.

Il est un des très rares livres à aborder de façon cohérente et organisée tous les aspects de l'énergie et de l'effet de serre - depuis le très technique jusqu'au géostratégique.

Il est un des très rares qui abordent la question des coûts.

Sur les coûts :
Depuis 2007 ils ont évolué : inflation, baisse du dollar, flambée du coût des équipements. Les valeurs sont mises à jour sur ce site.

Bref : lisez
Trop de pétrole !


Voyez ici une présentation




Des erreurs courantes

personne n'est préservé de l'erreur ; il doit y en avoir sur ce site.


Commentaires sur l'actualité 


coût des effets externes


Les relations entre pays importateurs et pays consommateurs
- la nouvelle géopolitique du carbone
- comment les pays exportateurs pourraient assurer le succès de la COP 21, mais à quel prix !
- L'effet d'un impôt CO2 dans les pays consommateurs sur les prix de l'énergie fossile





Quelle politique de l'énergie  ? En bref, des propositions concrètes :

le logement  /   l'électricité   /    le transport  /  le financement des actions utiles /
la politique européenne   /   le monde
rôle de Etat et initiative privée 

Pour un exposé construit

"Moins de CO2 pour pas trop cher"
l'Harmattan 2013.

Effet de serre, indépendance énergétique   -   Facteur 3  en 30 ans


J'ai beaucoup écrit sur énergie et effet de serre. Voici une sélection

Un résumé "pour les décideurs" , encore plus bref  que les notes brèves

Le "prix, ou le coût du CO2" : notion malcommode et trompeuse

Il se dit beaucoup de choses ambiguës, approximatives, contradictoires et parfois insensées sur le prix et le coût du CO2 : 10 €/tCO2 ? Ou bien 100, 200 €/tCO2 ?

Pour diminuer nos émissions, le coût ou le prix du CO2 est un très mauvais guide. Le bon guide est le prix à la consommation du fioul, du gaz et du carburant.

Trois livres

Moins de CO2 pour pas trop cher - propositions pour une politique de l'énergie (l'Harmattan, 2013)
Avec le nucléaire  (Seuil 2012)- une longue réflexion sur le risque nucléaire : "au nom de quoi accepter le risque nucléaire" (titre du dernier chapitre)
Trop de pétrole ! - énergie fossile et changement climatique (Seuil, 2007).


Parmi les articles :

"la nouvelle géopolitique du CO2" - dans Esprit, juin 2010
"Inciter les investissements 'bas carbone' " dans Le Monde daté du 16 avril 2015
"
qui ne veut pas d'une augmentation de la capacité nucléaire : des convergences remarquables ! "(Revue de l'énergie, janvier 2009)


Le seul objectif qui vaille est de

diminuer notre consommation d'énergie fossile
pour à la fois
  diminuer nos importations ;  renforcer notre autonomie énergétique
   diminuer les émissions de CO2  et les pollutions causées par la production et la   consommation d'énergie fossile
.

Pour démonter des erreurs courantes et faire des propositions ou des analyses  peu souvent formulées :

Les notes brèves  (une page chacune)

- pour une vision d'ensemble  douze notes brèves publiées à la fin de 2013

- plus récemment, depuis 2014   six notes brèves 

    - La COP21 :
après la COP21  et  avant la COP21
 
   - le financement des investissements "bas carbone" ; le chauffage hybride ; le projet de loi sur l'énergie    

Moins de nucléaire, ce serait 20 à 30 milliards d'€ par an de plus que plus de nucléaire et ce serait aussi moins de sûreté nucléaire et moins de sécurité d'approvsionnement.

Des propositions nouvelles sur la réglementation thermique des bâtiments, le chauffage hybride, la fiscalité,  les marchés de CO2, le financement des investissements et celui de la sylviculture, la politique européenne, les relations à l'échelle mondiale.

Deux études
En combinant  électricité et gaz ou fioul pour la chaleur, et carburant pour le transport, pas besoin de "stockage d'électricité" ni de "smart grids" coûteux Le financement des investissements bas-carbone
Cette étude montre comment financer les investissements avec des prêts dont l'annuité est égale à la valeur de l'énergie fossile  économisée.


sur un autre sujet, dans un monde d'incertitude
rôle de l'Etat pour réunir les conditions de la confiance
sur la politique de la France dans l'Union européenne et le monde

Voyez aussi les colonnes de droite et de gauche de cette page.

Pour une présentation organisée des documents présents sur ce site,
voir ici
Pour un présentation rapide des propositions, voir ici



Après Trop de pétrole ! (Seuil, 2007), prix de l'Académie des sciences morales et politiques
deux livres :

Avec le nucléaire
Moins de CO2   -  pour pas trop cher
Propositions pour une politique de l'énergie
   L'Harmattan, janvier 2013
en annexe : - des tableaux de ressources et emplois d'énergie selon la capacité nucléaire,
                      - une synthèse des propositions
                      - une liste d'erreurs communément répétées



Voir avertissement  et remerciements

sur un autre sujet, dans un monde d'incertitude
rôle de l'Etat pour réunir les conditions de la confiance
Un résumé "pour les décideurs"

Voir une présentation organisée des documents présents sur ce site

Parti cipation au débat


 



Vos observations, vos commentaires sont bienvenus  
 adresse de courriel : henri.prevot@wanadoo.fr
Pour entrer dans ce site vous pouvez voir  aussi :
   des erreurs courantesen un coup d'oeildes constatations qui peuvent surprendrepourquoi diviser par trois nos émissions ?
Voyez  aussi
notre synthèse rédigée en 2010
Pour aller plus loin, voyez
les questions controversées , des tableaux, etc., etc.


création  : le 25/04/04
mise à jour
27/11/16

Quoi de neuf

Ne manquez pas

FAITES-LE   VOUS-MEME !

- Faites vous-même vos tableaux ressources-emplois d'énergie, selon vos propres hypothèses

- Calculez vous-même le coût de moins de nucléaire, à partir de vos propres hypothèses

- calculez le coût du nucléaire

-le chauffage hybride  une étude

- La chaleur : coûts et quantités
au niveau national ou au niveau d'un logement

- Transport : autoroutes électrifiées

Le tableau de référence de ce site

 
d'autres tableaux



- le coût du Grenelle : de 1 à 4 milliards d'euros par an par réacteur EPR évité

- la géopolitique du carbone : article paru dans Esprit de juin 2010

- la politique de l'électricité

- le niveau des coûts et des prix

- l'effet sur le pouvoir d'achat, et sur l'emploi


comment éoliennes et photovoltaïque détruisent les emplois




Sur le nucléaire
- Au nom de quoi accepter le risque
- Qui ne veut pas augmenter la capacité nucléaire ? De bien étranges convergences !
....



Le bois ? OUI, mais attention !!

Ne pas essayer de tirer le bois de la forêt : la demande bloque l'offre ! Pour avoir plus de bois, il faut le pousser hors de la forêt, ; pour cela il faut des prêts spécifiques

J'ai consacré tout un livre à le montrer et à l'expliquer ! L'économie de la forêt.

Aujourd'hui, voici des idées neuves pour trouver le financement des prêts à la sylviculture.







Henri Prévot

Ingénieur général des mines
Aujourd'hui consultant en politique de l'énergie


En 2013 : publication de Moins de CO2 pour pas trop cher
En 2012 : publication de Avec le nucléaire
En 2010 : dans le cadre d'un protocole de coopération entre la France et la Chine sur le développement urbain durable, participation à un équipe d'Urba 2000 qui a élaboré un projet de développement de la ville de Wuhan.
En 2009 : avec l'ADETEF, coopération avec le Vietnam : j'ai préparé un séminaire tenu à Hanoï dont le but était de donner un avis au gouvernement Vietnamien sur sa politique de l'énergie - voir ici une synthèse de ces travaux ou un résumé de cette synthèse.
En 2007, publication de "Trop de pétrole" - Seuil, prix de l'Académie des sciences morales et politiques - voir ici les autres publications 

Quelques aspects d'une carrière variée
- Diplômé de Polytechnique (promotion 64) et de l'Ecole nationale supérieure des mines de Paris
- Ingénieur au fond dans les Houillères du Nord et du Pas de Calais en 1968
- Direction régionale de l'industrie en Provence Côte d'Azur
- Responsable de la sous-direction du textile et de l'habillement du ministère de l'industrie
- Envoyé dans le Sud-Ouest par les ministres de l'agriculture et de l'industrie comme délégué de massifs forestiers pour comprendre la relation entre les sylviculteurs et les utilisateurs de bois et stimuler l'économie de la forêt et du bois ; cela a donné la matière à "l'économie de la forêt - mieux exploiter un patrimoine" (Edisud)
- Délégué régional de l'ANVAR en Aquitaine
- Directeur général adjoint de la région Aquitaine et membre du cabinet de J. Chaban Delmas
- Au Secrétariat général de la défense nationale, chargé d'étudier la relation entre l'économie (réglée par le droit européen) et la sécurité du pays (qui est de responsabilité nationale) ; cela a donné la matière à "La France : économie, sécurité -
économie mondialisée, sécurité nationale, Union européenne", Hachette Pluriel, prix des ministères
- Jusqu'en 2009, au conseil général des mines, parmi d'autres activités, auteur ou coauteur de plusieurs rapports sur l'énergie : l'énergie des déchets, le biocarburant, ITER, le prix de l'électricité, les réseaux de chaleur, diviser par trois nos émissions de gaz carbonique.  Coanimateur, avec Jean-Pierre Dupuy d'un groupe de réflexion le "forum confiance".

Quelques-unes des publications accessibles sur ce site :

Sur la construction européenne  
- l'énergie est une question de sécurité nationale ; la politique européenne doit en tenir compte 
 
   
La France : économie sécurité : économie mondialisée, sécurité nationale, Union européenne  (Hachette,1994) ; ou encore ici 
   Dans le Monde du 6 décembre 1994 : pour une Europe des projets
   Dans Esprit mai 1995 : Une lecture politique du traité de Maastricht pour mettre le politique devant l'économique 

Sur un aspect important du rôle de l'Etat : réunir les conditions de la confiance 

Sur l'énergie et l'effet de serre

   trois livres

    Moins de CO2 pour pas trop cher - proositions pour une politique de l'énergie  -L'Harmattan, 2013 : voir ici une présentation
    Avec le nucléaire - un choix réfléchi et responsable, Seuil 2012 : voir ici une présentation
  
Trop de pétrole ! - énergie fossile et réchauffement climatique
Seuil 2007 ; prix de l'Académie des sciences morales et politiques. On peut voir ici  une présentation de "Trop de pétrole !"   
 
   plusieurs rapports parmi lesquels :


       sur le prix de l'électricité du CGM (conseil général des mines) et de l'IGF (inspection générale des finances) : le rapport lui-même, une annexe sur les aspects théoriques de l'économie de l'électricité et une annexe "structure du parc de production électrique, formation des prix et propension à investir"
       sur le biocarburant du CGM et du CGREF et de l'IGF
       sur les réseaux de chaleur  
du CGM

    des articles, parmi lesquels

     -  "Inciter les investissements 'bas carbone' " dans Le Monde daté du 16 avril 2015 - qui reprend le texte d'une des "notes brèves"
     - 
"Quel coût pour les voitures propres" dans le Figaro du 28 juillet 2012
     - "Eolien ou nucléaire, du bon usage des fonds publics" dans le Figaro du 19 août 2011
    -
"Angela Merkel a sonné le glas du marché européen de l'énergie"  dans Les Echos le 6 juin 2011  
      - Revue Parlementaire de mars 2011 : 
"Il serait possible d'avoir une politique de l'énergie claire et peu coûteuse "   ou ici 
     - Revue Esprit de juin 2010 : la nouvelle géopolitique du CO2
     - Les Echos 23 avril 2010 : enfin une méthode efficace pour éviter des émissions de CO2
     - Revue de l'énergie, janvier 2009 : Qui ne veut pas d'une augmentation de la capacité de production nucléaire ? Des convergences remarquables 
     - La gazette de la société et des techniques, janvier 2008 : diviser par trois nos émissions de gaz carbonique 
     - Les Echos, 15 octobre 2007 : Pour un impôt carbone juste
     - Revue Esprit, février 2007 : le désastre climatique et la politique  énergétique française  article qui rend compte du travail d'un groupe qui s'est réuni une dizaine de fois sur une année.
      - Journal le Monde 21 juin 2005 : marchés de CO2, il y a mieux à faire
     -  Journal Le Monde, 23 octobre 2004 : la France peut diviser par trois ses émissions 
     Revue de l'énergie de février 2004 : première présentation de la méthode développée ici et dans "Trop de pétrole !"
































































Des propositions : du concret, du pratique, du chiffré - tout cela est argumenté sur ce site

Le logement : réglementation, coûts, financement

1- Dire que l'objectif est de diminuer les émissions de gaz carbonique, c'est-à-dire la consommation d'énergie fossile (et non la consommation d'énergie primaire)

2- Mettre une clause de coût maximum pour l'application de la réglementation (ne seront rendues obligatoires ou financées à l'aide de fonds publics que les décisions qui seraient économiquement intéressantes si le prix de l'énergie fossile était à un niveau de référence fixé par l'Etat)

3- Susciter la culture de biomasse (agricole et forestière) pour développer les réseaux de chaleur alimentés par de la biomasse ; pour cela, répondre aux besoins financiers des sylviculteurs et des agriculteurs par des prêts adaptés.

4- Aider au financement des actions qui ne sont pas économiquement rentables mais qui respectent la clause de coût, avec des modalités qui évitent les effets d'aubaine

5- Pour diminuer le besoin d'un financement public et pour trouver le moyen de ce financement créer une taxe qui élève progressivement le prix de l'énergie fossile à la consommation finale ; reverser à ceux qui ont de faibles revenus une dotation forfaitaire, indépendante de leur consommation. Le prix augmentera chaque année, en plus de l'inflation, de 20 €/m3 de fioul, 2 €/MWh de gaz.

6- Augmenter la capacité de production nucléaire pour pouvoir fournir assez d'électricité pour un chauffage non émissif et peu coûteux.

L'électricité : rôle du marché et de l'Etat, coûts et prix

1- Constater que le marché concurrentiel ne peut pas conduire à l'optimum (ce sera un "oligopole à la Cournot" qui procure aux entreprises des superbénéfices énormes) ; l'Etat doit donc fixer lui-même les capacités de production et les tarifs.

2- Fixer un tarif à la sortie de toutes les centrales et un autre à la consommation individuelle ; ce tarif imitera ce que donnerait une "concurrence parfaite", sachant qu'une concurrence parfaite est impossible ; là où le prix est fixé par le marché, créer un impôt pour récupérer les superbénéfices.

3- Comme le coût de production de l'électricité est plus bas en France qu'ailleurs, réserver la production française à la consommation en France.

4- Prévoir ce que sera la consommation d'électricité en France si l'on veut que l'énergie coûte le moins cher possible : chauffage par pompes à chaleur ou chauffage hybride électricité-fioul, véhicules hybrides et électriques, production de biocarburant, consommation par l'industrie.

5-
L'éolien : bloquer le développement sur terre et en mer car il est beaucou plus coûteux que le nucléaire. Le photovoltaïque : plutôt que de financer l'installation de panneaux, financer d'une part la recherche et le développement et, d'autre part, des investissements dans les pays en développement ensoleillés.

6- Engager la construction de centrales nucléaires en fonction des besoins ainsi calculés :  la solution la moins coûteuse serait d'augmenter la capacité nucléaire de 30 GW, soit 50 %, en trente ou quarante ans, sans augmentation de la capacité éolienne et photovoltaïque.

Le transport : biocarburant, électricité, prix

1- Le biocarburant aujourd'hui : il vaut beaucoup mieux utiliser la biomasse pour se chauffer ce qui, en libérant du fioul, permet de produire d'avantage de gazole (les deux produits sont faits à partir des mêmes coupes de pétrole) : c'est beaucoup moins cher que de produire du biocarburant. Donc : demander aux distributeurs de carburant de financer les réseaux de chaleur à la biomasse au lieu d'incorporer du biocarburant.

2- Le biocarburant demain : lorsque les possibilités de chauffage à la biomasse seront saturées, produire du carburant "de seconde génération". Il est possible d'utiliser complètement la biomasse en apportant de l'extérieur l'énergie consommée par le procédé de production ; ce sera de l'énergie nucléaire ou à partir de charbon et séquestration du CO2. Il sera possible de produire plus de 20 Mtep de biocarburant de seconde génération en améliorant l'environnement (moins de consommation d'eau et d'engrais, plus grande biodiversité qu'aujourd'hui).

3- Soutenir et accélérer la recherche, le développement et l'industrialisation des véhicules hybrides et électriques.

4- Pour ouvrir le marché du véhicule électrique, du véhicule hybride et du biocarburant, augmenter progressivement le prix à la pompe de l'essence et du gazole avec un impôt qui sera calculé en fonction du prix du pétrole : une hausse du prix (non de l'impôt) de 2 cme/€ par an en plus de l'inflation. Cet impôt ne sera pas applicable au grand transport routier tant qu'il n'y a pas d'impôt européen.

Financer les investissements utiles en évitant les effet d'aubaine

Définir ce qu'est une action utile : un fois fixée la limite des émissions françaises (une division par trois dans quarante ans par exemple), il est possible de classer les décisions à prendre en fonction de leur coût par tonne de CO2 évitée. Ces décisions permettent d'éviter des consommations de gaz, de fioul ou de carburant pétrolier. La plus chère d'entre elles deviendrait économiquement intéressante si le prix à la consommation finale du fioul, du gaz ou du carburant était à un certain niveau. Une action utile est donc une action qui serait économiquement intéressante si le gaz, le fioul ou le carburant était vendu à ce prix. Ce niveau de prix de référence ne dépend pas du prix mondial du pétrole. Voir ici.

L'Etat aura fixé un critère de coût pour distinguer les actions utiles des actions trop coûteuses. Lorsqu'une action utile n'est pas économiquement intéressante pour celui qui peut la décider, l'Etat peut apporter une aide financière. Mais il faut que cette aide soit juste calculée pour éviter les "effets d'aubaine".

Voici une façon de procéder :  un prêt dont les annuités sont calculées chaque année de façon que cette action utile ne coûte pas plus cher à celui qui l'a décidée que s'il ne l'avait pas décidée. Par exemple, le prix payé pour la chaleur livrée par un réseau de chaleur ne sera pas supérieur au coût du chauffage au gaz ou au fioul ; si cela ne couvre pas le coût complet du réseau de chaleur, l'Etat financera la différence. L'Etat ne court pas de risque car il est maître du prix à la consommation finale du fioul et du gaz (par l'impôt CO2) et il pourra financer par le produit de l'impôt l'aide financière qu'il apporte.

L'Etat passera avec les banques une convention pour que celles-ci proposent ce type de prêt aux particuliers et aux entreprises.

 Energie et effet de serre : Union européenne et nations


1- Donner à chaque Etat-membre un seul objectif, respecter une limite d'émissions de CO2 et le laisser libre des moyens qu'il emploiera pour l'atteindre ; la multiplication d'objectifs (le "3 fois 20") est forcément inefficace car on ne chasse pas trois lièvres à la fois .

2- Instaurer un impôt CO2 aux frontières pour préserver nos entreprises de la concurrence d'entreprises qui ne sont pas soumises aux mêmes contraintes.

3- Sans un impôt CO2 aux frontières, les contraintes sur l'industrie ne peuvent être que très faibles ; le prix du CO2 sur ce marché n'aura donc aucune signification ; il vaudrait mieux suspendre ce marché.

4- Créer un impôt CO2 européen sur le grand transport routier ; un impôt calculé pour élever progressivement le prix du gazole.

5- Organiser l'échange d'expériences entre les Etats-membres ; susciter des recherches en commun.

6- Susciter des coopérations "à quelques-uns" sur le modèle de la coopération en matière de défense (des "coopérations structurées permanentes"), ce qui se justifie par le fait que l'énergie est une matière stratégique et que le véritable motif de cette politique est la sécurité d'approvisionnement en énergie. Applications possibles sur la fiscalité, le nucléaire, les véhicules bi-énergie ou électriques, la production de biocarburant de seconde génération.
La décision allemande de ne pas produire d'électricité nucléaire semble confirmer l'idée de créer plusieurs marchés de l'énergie où les prix seront différents.
Monde : régulation par la demande ou par l'offre ?

1- Etudier très concrètement comment un objectif mondial de forte diminution des émissions peut être compatible avec le développement des pays pauvres et des pays émergents.

2- Prendre en compte la relation très forte qui existe entre la géopolitique de l'énergie fossile et celle de la lutte contre les émissions. Le prix du CO2 sur les marchés de quotas est directement lié au prix du pétrole, du gaz et du charbon ; les moyens financiers des pays consommateurs et ceux des pays producteurs également. La gouvernance mondiale doit donc porter à la fois sur l'énergie et sur l'effet de serre.

3- Constater que la façon la plus simple (la plus probable ?) de réduire les émissions de CO2 est de réduire non pas la demande mais l'offre d'énergie fossile. Cela transformera la question des émissions de CO2 en une question de sécurité d'approvisionnement, alors même que la ressource sera surabondante.

4- Cela créera une gigantesque "rente de rareté" ; qui en bénéficiera, comment utiliser cette rente de rareté au bénéfice des pays en développement ?

5- Se rendre compte que l'Union européenne renforcera sa position sur la scène internationale en 1- consommant peu de gaz, pétrole et charbon et 2 -  proposant une technologie nucléaire fiable et efficace.

6- Limiter la possibilité de négocier des "titres CO2" aux entreprises qui produisent ou consomment de l'énergie car la financiarisation du CO2 serait le champ de spéculations effrénées alimentées par les multiples incertitudes sur le prix du pétrole, la fiabilité des politiques publiques du CO2, la réalité des contrôles.


pour une présentation organisée des documents présents sur ce site, voir ici


Diviser par trois en 30 ou 40 ans les émissions françaises de gaz carbonique
sans pénaliser notre industrie

c'est possible pour pas trop cher

- avec une stabilisation de la consommation finale globale d'énergie     - en utilisant pleinement les possibilités de la biomasse, du chauffage solaire et de la géothermie 

- avec plus d'électricité "sans carbone" (nucléaire ou avec séquestration du gaz carbonique)

Il suffirait que le prix du gazole à la consommation finale se stabilise à 1,8 ou 2 €/litre   et le prix du fioul à 1400 €/m3 TTC.

Le scénario ne dit pas ce qu'il faut faire : il montre dans quel sens aller, les coûts et les avantages.  Il ne dit pas non plus ce qui va se faire ; il montre une possibilité : la réalité sera donc meilleure !
voyez ici notre tableau de référence  ce n'est pas LA vérité ; c'est un support de réflexion.  Vous pouvez aussi faire votre scénario ! N'hésitez pas ! Et vous pouvez consulter quelques tableaux très différents.

Selon de scénario, pour éviter 100 Mtep fossile par an par rapport à une évolution tendancielle : économies d'énergie : 35 % / biomasse : 30 % / autres renouvelables : < 10 % / nucléaire : 25 %

Alerte ! J'ajoute ceci : vous avez aimé les spéculations financières, vous vous réjouissez de la situation actuelle, vous avez goûté aux fonds Madoff ; vous adorerez la finance carbone ! La finance construit du notionnel sur du concret, la finance carbone construit du notionnel sur du notionnel !



Des tableaux croisés ressources-emplois d'énergie

Le tableur "faites-le vous-même"
         
          - version simplifiée 
          - une version qui calcule la capacité nucléaire selon le profil de consommation de l'électricité


Diviser par trois nos émissions au moindre coût
Une comparaison entre le tableau de référence dressé en 2012 et ce que j'avais présenté dans Trop de pétrole ! en 2007 avec plus de nucléaire.
Quatre tableaux  commentés
- novembre 2012 -

Pour diviser les émissions de CO2 par trois

- le tableau de référence    avec plus de nucléaire, pour minimiser les coûts
- Deux autres tableaux présentés dans Avec le nucléaire et dans Moins de CO2 pour pas trop cher : sans augmenter la capacité nucléaire ; en diminuant la capacité nucléaire pour que la production nucléaire soit la moitié de la consommation d'électricité

- deux tableaux présentés dans Trop de pétrole ! :   et    C

- un tableau presque sans nucléaire

En archives...

Quatre tableaux  octobre 2008

- la situation en 2006
- l'évolution tendancielle en 2030, calculée en 2006 par l'observatoire de l'énergie
- une division par deux selon la "voie de Grenelle"
- une division par deux selon une voie "du moindre coût".

le tableau de référence en juin 2011

Un tableau synoptique
- la situation en 2004
-
la projection tendancielle 2030 faite par la DGEMP en 2004

- un scénario "sans nucléaire" selon l'association Négawatt -2004
- un scénario de division par trois avec du nucléaire - 2004

  Retour en haut de la page d'accueil.
 

En un coup d'oeil : comment diviser les émissions frnçaises par deux ou trois


Une forte réduction des émissions de gaz carbonique  ne se fera qu'avec une augmentation du prix à la consommation finale du prix de l'énergie fossile, carburant, gaz et fioul - un rythme de 2 à 3 c€/l devrait suffire, en monnaie constante, bien sûr. Un "impôt climat" serait calculé pour que la hausse du prix à la consommation finale soit connue à l'avance et progressive. Ce n'est pas l'impôt qui devrait augmenter, mais le prix à la consommation finale.

Pour l'essentiel et en simplifiant, le scénario prévoit dans les trente ans qui viennent deux évolutions progressives et trois bascules technico-économiques.

D'autres évolutions interviendront évidemment à plus long terme. 

Les évolutions progressives au fur et à mesure de l'augmentation du prix de l'énergie et de la construction de logements neufs :

- Les économies d'énergie de chauffage (meilleure isolation, et économie de chauffage dans les locaux qui ne sont pas occupés par exemple) 

- La pénétration croissante de la biomasse dans le chauffage en particulier avec des réseaux de chaleur.

-  Pour chauffer les bâtiments existants, le chauffage hybride  : mettre une résistance électrique dans l'eau du chauffage central : la résistance sera mise hors tension par le fournisseur lui-même et sans préavis pendant les périodes de pointe de consommation d'électricité. On peut également mettre en série une pompe à chaleur et la chaudière à fioul ou au gaz si la durée de chauffage est suffisamment longue.

- Des réseaux de chaleur utiliseront peut-être de la chaleur produite en cogénération par les centrales nucléaires.


Les trois bascules technico-économiques - les techniques sont connues ; les coûts correspondent à un pétrole à environ 150 $/bl (si l'euro vaut 1,25 $) ; si le pétrole est à 70 $/bl et si le dollar vaut un euro, il faudra un impôt de 500 € par tonne de carbone. Cette évaluation, supérieure à ce qui est écrit dans "trop de pétrole !"  est faite mi 2015 à la lumière d'études récentes. Elle suppose par exemple qu'il  sera possible de produire du biocarburant à 1000 €/m3 soit 1200 €/t.

Ces "bascules" pourront être amorties et étalées dans le temps si ces formes d'énergie sont provoirement aidées ou font provisoirement l'objet d'obligations réglementaires avant que le prix à la consommation finale de l'énergie finale n'atteigne un niveau suffisant.

- Le chauffage à l'électricité : dans le bâtiment neuf, la consommation est tellement faible que les pompes à chaleur ne sont pas justifiées (quoi qu'en dise la réglementation thermique, qui devrait être modifiée) ; il y aura donc des panneaux radiants. Dans les bâtiments existants,  lorsqu'il faudra remplacer les chaudières existantes, on installera soit des pompes à chaleur, soit des chaudières combinées à l'électricité et, pour la pointe, au gaz ou au fioul. Ce seront les méthodes les moins coûteuses si la capacité nucléaire augmente.

- Le passage au biocarburant avec utilisation complète de la biomasse dans la limite des possibiltiés de production de biomasse et des besoins d'énergie, sachant que l'utilisation de l'électricité se généralisera. La production de méthane par combinaison de CO2 et d'hydrogène est peu probable car elle a un rendement énergétique très piètre (un tiers au maximum, moins du quart probablement en pratique) ; de plus, on ne peut pas combiner électricité et gaz.

- Le remplacement du carburant par de l'électricité pour la circulation en ville, avec des véhicules électriques ou bi-énergie alimentés en électricité et en carburant liquide ; des camions hybrides munis de trolleys circuleront (peut-être) sur la voie de droite d'autoroutes équipées de caténaires

On verra aussi se développer l'usage de la géothermie.



Diviser nos émissions par trois : pourquoi ?
Pour la France, quels effets économiques, sociaux, stratégiques ?

Une présentation synthétique

 Pour stabiliser les températures
             le monde devra laisser sous terre  plus de la moitié du carbone fossile accessible : nous ne manquons pas d'énergie fossile : nous en avons trop
            il faudra diviser par deux les émissions mondiales ce qui, compte tenu de l'augmentation des émissions des pays en développement, suppose une division par trois ou quatre au moins des pays développés - les recommandations du GIEC sont encore plus drastiques.

la France a la possibilité, avec des techniques connues,  de diviser ses propres émissions par trois  en trente ou quarante ans, même si elle devait être le seul pays à le faire 

- un tableau croisé de ressources et des emplois montre de quelles formes d'énergie on aura besoin, ce qui permet de calculer le prix de l'énergie. Le prix du gazole devra rendre compétitif le biocarburant de seconde génération : 1,8 €/l à la pompe (évaluation mi 2009). Par rapport aux prix de mai 2010, une augmentation de 70 cme € par litre de carburant ou de fioul ; en 30 ou 40 ans, cela fait 2 à 3 cme €/l/an, 20 à 30 €/m3

- pour un ménage qui consomme 1000 litres de carburant par an et l'équivalent de 1 mètre cube de fioul en chauffage, par rapport aux prix de mai 2009 c'est chaque année une dépense supplémentaire de 40  euros en monnaie constante ; cela pourrait être compensé partiellement par une augmentation des revenus grâce à une augmentation de l'activité 

- il y aura des chocs de prix sur le marché mondial mais, sur 30 ou 40 ans, l'augmentation prévisible du prix mondial de l'énergie ne suffira pas - sauf si les pays détenteurs de ressources refusent de vendre ou d'investir pour produire - voir "la nouvelle géopolitique du carbone".

- il faudra donc combiner réglementation, subventions et impôt. Le produit de l'impôt sur l'énergie fossile servira à faiciliter le financement des investissements diminuant les émissions de CO2 et une partie pourrait être reversée aux communes qui feront des pistes cyclables, des réseaux de chaleur ou des schémas d'urbanisme économes en énergie. 



-  pour le pays, les dépenses supplémentaires pour produire ou pour économiser de l'énergie dépendent, bien sûr, du prix du pétrole. Si celui-ci est de 100 $/bl, ces dépenses supplémentaires seraient, dans trente ans, de 1,5 % à 2 % du PIB soit, chaque année, 0,05 % du PIB. Les habitudes de consommation ne seraient pas profondément modifiées. Mais cela fera tout de même, dans trente ans, environ 25 milliards d'euros par an. Cette somme n'est pas négligeable ! Cela en vaut-il la peine ?

- si la France était seule à agir dans cette direction, cette réduction des émissions françaises n'aurait évidemment aucun effet sur la température ; mais la France pourrait en tirer des avantages de nature différente :
         
- une autonomie énergétique presque complète : c'est sans doute l'avantage le plus déterminant, dans un contexte géopolitique extrêmement incertain
         
- une compétence dont nos entreprises profiteront à l'exportation (urbanisme, biomasse, biocarburant, nucléaire, véhicules bi-énergie etc.)
          - une activité nouvelle liée au sol donc non délocalisable - mais attention ! si l'on dépense davantage pour produire ou économiser de l'énergie, on dépensera moins pour autre chose : la création nette d'emplois est difficile à calculer.
          - l'équipement du territoire, financé en partie par une diminution de ses dépenses d'importation d'énergie, 
          - une  diminution de la pollution urbaine - sans ignorer que la pollution urbaine a déjà énormément diminué.   
          - une bonne place dans le concert international.

Pour une discussion sur ces "effets externes" d'un programme de lutte contre l'effet de serre, voir ici

- il y a donc ici la matière pour un grand programme national,  touchant toutes les catégories de la population. Les Français y participeront volontiers si on leur montre que la voie choisie est la moins coûteuse

- La France peut agir seule ; elle suscitera alors une coopération avec quelques autres pays ; c'est ainsi que l'on a fait Airbus, Ariane, Schengen, le corps d'armée européen etc.

Voir  comment convaincre
Lisez "Trop de pétrole !"  "Avec le nucléaire" (2012)    et "Moins de CO2 pour pas trop cher" (2013).  


Retour en haut de la page d'accueil.

 


On trouvera sur ce site  des constatations qui pourront paraître assez nouvelles ou surprendre
    tout ce qui suit est argumenté et commenté sur ce site.

- Le monde a deux ou trois fois trop de carbone fossile. 

- La France peut agir seule, cela ne lui coûtera pas trop cher et elle pourrait y avoir un grand avantage. 

- La France peut diviser par trois ses émissions tout en augmentant les distances parcourues sur route et en avion de 10 à 20 %. 

- Pour diviser par trois les émissions d'ici trente ou quarante ans, il suffit que le prix du carburant, à partir de 1,3 €/l (son prix en 2014), augmente de 2 ou 3 c€ par litre chaque année.

- La production de biocarburant peut dépasser 20 Mtep par an, soit 40 % de la consommation actuelle de carburant  avec des techniques nouvelles (utilisant la plante entière et des sources d'énergie externes) et en améliorant l'environnement, en supposant que le changement climatique ne réduira pas la production biologique. Mais il n'est pas nécessaire d'aller jusque là.

- Pour se chauffer dans les logements existants, on aura intérêt à mettre une résistance électrique dans son chauffage central, le gaz ou le fioul étant utilisé en appoint en période de pointe de consommation d'électricité.

- Ceux qui veulent sortir du nucléaire auraient une position cohérente et respectable si l'on pensait que le monde puisse se passer de nucléaire ; ceux qui acceptent le nucléaire mais à condition de ne pas en augmenter la capacité ont une position  incohérente. 

- Programmer des éoliennes au-delà de 2020, ce n'est  pas programmer moins d'émissions de gaz carbonique que sans éoliennes. 

- Le système des marchés de permis d'émettre peut donner de bons résultats si certaines conditions sont réunies mais, tel qu'il fonctionne au niveau européen, c'est un nid d'effets pervers.   

Retour en tête de page


Retour en haut de la page d'accueil.


pour une présentation organisée des documents présents sur ce site, voir ici

Des dossiers,

                      - un dossier sur le chauffage
                       - le rapport sur le prix de l'électricité du CGM et de l'IGF son annexe 1 et son annexe 4
                       - le rapport sur le biocarburant du CGM et du CGREF
                       - les réseaux de chaleur  : un rapport du CGM



Quelques liens

    Des sites administratifs

- Le site du GIEC, groupe intergouvernemental d'étude du climat (ou, en anglais, ICCP) : on y trouve les documents en français.
- Le site de la direction générale de l'énergie et du climat, DGEC, du ministère de l'environnement et de l'énergie, le MEDDM 

       Quelques sites d'associations ou personnels
- Le site de "Sauvons le climat"  :
des documents, un scénario, un manifeste pour diminuer les émissions, des conseils pratiques
-
Un site très bien documenté  : manicore
-
le site d'un journaliste sérieux de Libération, S. Huet 
- Le site de l'association Negawatt  : un scénario de sortie du nucléaire.

Il y a évidement beaucoup d'autres sites intéressants
 




Avertissement

1- Les réflexions menées sur cette page portent sur le long terme : 30 ou 40 ans. Le scénario qu'elles proposent, les investissements et les changements dans le mode de consommation d'énergie qu'il implique ne dépendent donc pas de la conjoncture.
Seul le montant d'une "taxe climat" dépendrait de la conjoncture.

2- Ce site ne prétend pas dire ce qu'il faut faire. Il s'efforce de réunir les conditions propices à un débat de bonne qualité. Il indique ce qui nous paraît certain et ce qui est incertain. Il présente des options très contrastées pour que le lecteur puisse faire lui-même son propre scénario.

3- Il peut y avoir des erreurs sur ce site ; merci au lecteur de me les signaler.

Retour en haut de la page d'accueil.


 
 
 
 

In memoriam : Yves Martin

Yves Martin est décédé le 15 décembre 2010.
Ingénieur général des mines, ce fut un grand serviteur de l'Etat, passionné par le service public, d'une honnêteté intellectuelle, d'une probité parfaites, servies par le goût du travail bien fait et par une grande intelligence.
Il défricha nombre de thèmes dont il fut un des premiers à voir l'importance tels que la question du bruit, la gestion de l'eau en quantité et en qualité, la qualité des produits industriels et des procédés de production, les économies d'énergie. Et il n'aura pas cessé de se battre sur le terrain du changement climatique depuis qu'il fut le premier président de la MIES, la mission interministérielle de l'effet de serre. C'est à lui que je dois de m'être engagé, de mon côté, sur ce chantier. Il était persuadé que rien de durablement utile ne pourra être fait sans un impôt sur l'énergie fossile. Il déplorait que la France ait refusé la création d'un impôt européen, imparfait sans doute, mais préférable à ses yeux à l'absence de tout impôt. Il fut un des principaux auteurs du "rapport Rocard", en 2009, qui proposait de créer cet impôt. J'ai souvent discuté avec lui de la façon de calculer le montant de cet impôt mais nous étions parfaitement d'accord sur le fait que notre pays, que ce soit pour lutter contre les émissions de gaz carbonique ou, ce qui revient au même, pour sa sécurité d'approvisionnement en énergie, a besoin d'un impôt qui dissuade progressivement de consommer du carburant pétrolier, du fioul, du gaz ou du charbon sans faire souffrir les personnes dont les revenus sont très modestes.
Ce site doit beaucoup à l'implication d'Yves Martin et aux idées qu'il défendait.

Sur Yves Martin et son action dans l'administration au service de notre pays, on peut voir ici

 
 
 


Remerciements

Chacun se doute que les informations réunies sur ce site viennent des meilleures sources et que les analyses, qui restent de la responsabilité de l'auteur de ce site, sont issues de longues et fréquentes discussions.

Je voudrais remercier en particulier les personnes qui, en 2003, ont bien voulu participer à un groupe de travail *  qui a permis d'élaborer le scénario présenté ici,  et toutes celles qui, depuis, m'ont fait part de leurs remarques, voire de leurs critiques - je pense notamment aux observations d'associations comme Négawatt et aux appels à la prudence d'économistes, dont on trouvera la trace sur le site.

Pour faire progresser les idées, il faut aussi pouvoir les diffuser. Dès 2003, la Revue Esprit fut la première à accueillir des réflexions encore peu souvent formulées (le monde a trop de carbone fossile etc.) ; M.L. Lévy, rédacteur en chef des Annales des mines, m'a fortement encouragé à rédiger une première version de ce scénario de division par trois (numéro d'août 2003 de Réalités industrielles) ; une version affinée de ce scénario a été diffusée dans le numéro de février 2004 de la Revue de l'Energie et Thierry Gaudin m'a longtemps offert l'hospitalité de son site prospective 2100, que je vous invite à consulter.

Qu'ils soient tous remerciés.
 
* Ce groupe de travail était formé de personnes venant des ministères de l'économie, de l'industrie, de l'agriculture, de l'équipement, de l'environnement, du Commissariat général du Plan et d'établissements publics d'études ou de recherche.


Retour en haut de la page d'accueil.

 
  Retour en haut de la page d'accueil.
 
 

Retour en tête de page
pour une présentation organisée des documents présents sur ce site, voir ici